Lundi 18 août 2014 1 18 /08 /Août /2014 23:42

http://farzyat.cjb.ma/images/ecole_maroc_eleve_15092010140445.jpg

Photo parue dans Farzyat/inégalités http://farzyat.cjb.ma/la-dynamique-des-inegalites-deducation-au-maroc-1950-2010

 

L’UNESCO a publié, le 25 janvier dernier, un rapport accablant sur l’état de l’éducation au Maroc. Dans ce document qui a suscité quelques articles de presse avant de retomber dans l’oubli populaire, il était indiqué qu’à la fin de l’école primaire, moins de 50% des enfants marocains sont capables de lire une simple phrase. Oui, vous avez bien lu, moins de 50 % des élèves sont alphabétisés après six longues années d’études. Dans le monde arabe, seule la Mauritanie obtient un résultat aussi catastrophique.

Alors certes, le taux de scolarisation à l’école primaire a fortement augmenté dans le Royaume, passant de 71 % en 1999 à 96 % en 2011… Mais à quoi bon scolariser des enfants qui n’apprennent rien ?

 « Une fracture béante sépare les régions en matière d’acquis scolaires, indique le rapport de l’UNESCO. En Amérique du Nord et en Europe occidentale, 96 % des enfants étudient jusqu’à la 4e année et parviennent au niveau minimal en lecture, contre seulement le tiers des enfants en Asie du Sud et de l’Ouest et les deux cinquièmes en Afrique subsaharienne. » Le Maroc se classe aux côtés de celle-ci parmi les bonnets d’âne.


Le think-thank américain Brookings trace un portrait plus sévère encore du paysage scolaire marocain. Dans son « baromètre de l’apprentissage dans le monde arabe » (The Arab World Learning Barometer) 2014, il indique que 76,5% de nos élèves scolarisés à l’école primaire n’ont pas acquis les compétences de base en matière de lecture et de calcul. Dans l’enseignement secondaire, les élèves sont 64 % à n’avoir pas atteint un niveau minimum correspondant à la 8e année de scolarité.


Le résultat de cette situation en termes économiques ? Je raconterais simplement une anecdote personnelle pour illustrer les dégâts que peut faire ce manque généralisé d’éducation dans la population. Dans un lycée où j’enseigne, je souhaitais utiliser la salle informatique pour mes élèves.  Je demande au surveillant, âgé d’une vingtaine d’années, de vérifier la connexion Internet au moment où il m’ouvrirait la salle. Une affaire d’une minute ou deux, accessible à toute personne âgée de plus de six ans, me dis-je. Mais le surveillant me regarde en prenant l’air hagard, et m’explique qu’il ne sait pas faire…  J’ai beau lui expliquer qu’il suffit d’allumer l’ordinateur et d’ouvrir le navigateur, il reste totalement bloqué… Résultat, la connexion ne marchait pas et mes élèves n’ont pu bénéficier de cette salle équipée pour eux par le lycée. Salle devenue inutile parce qu’un surveillant ne disposait pas du niveau nécessaire pour faire une manipulation aussi simple qu’allumer un modem ou vérifier une connexion web.


Combien de temps et d’énergie sont-ils perdus quotidiennement, dans tout le pays, dans des situations semblables ?

Face au déficit de l’école public, les ménages riches mettent leurs enfants dans les établissements  privés. Mais ils ne sont pas les seuls : les ménages de la classe moyenne, conscients de l’importance d’une éducation de qualité pour l’avenir de leurs enfants, se saignent aussi aux quatre veines pour les scolariser dans le privé, dont les seuls frais de scolarité s’élèvent au minimum à 1500 DH par mois et par enfant, quand ce n’est le double – et ce, sans parler des frais annexes. Malgré les coûts prohibitifs, en 2010-2011, 641 344 élèves, soit plus de 9 % des  sept millions d’élèves marocains du préscolaire au Bac, étaient inscrits dans des écoles privés. Un effectif qui a plus que doublé en sept ans.

Comment justifier que l’Education Nationale soit devenue impropre à éduquer les enfants, et que le privé soit obligé de se substituer à l’Etat ?

On le sait, d’une manière générale, une scolarité plus longue et de bonne qualité se traduit par des revenus plus élevés tout au long de la vie. Mais au-delà du bénéfice individuel, un peuple éduqué permet une hausse de la productivité de la main d’œuvre. De nombreux économistes ont constaté depuis longtemps une corrélation positive entre l’augmentation du niveau d’étude et la croissance d’un pays. 

Si le Maroc veut sortir un jour du sous-développement, il ne pourra faire l’économie d’une vaste réforme de son système scolaire visant à éduquer les masses - et pas seulement une poignée d’enfants de l’élite. 

 

Pour en savoir plus :

http://unesdoc.unesco.org/images/0022/002261/226157f.pdf

http://www.brookings.edu/research/interactives/2014/arab-world-learning-barometer

http://enseignementsuperieur.lavieeco.com/news/Avancee-spectaculaire-des-ecoles-privees-et-des-filieres-scientifiques-et-techniques-18649.html

 

Par Cécile Bredelet - Publié dans : Maroc - Communauté : Economie et développement
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 8 décembre 2013 7 08 /12 /Déc /2013 02:21

Corruption 2Transparency International a révélé le classement 2013 des pays les plus corrompus du monde, basé sur la perception des habitants des différents pays du monde sur la corruption du secteur public.

Sans surprise, le classement du Maroc est médiocre, avec un score de "propreté" de 37/100, loin, très loin derrière le Danemark et la Nouvelle Zélande, les pays les moins corrompus du monde, dont le score s'élève à 91/100.

Malgré ce score qui n'invite guère à la fierté, le Maroc occupe le 91e moins mauvais rang sur 177, ce qui signifie que 86 pays font pire en termes de corruption...

 

Mais ce classement de Transparency International a d'autres révélations à nous faire. En effet, lorsqu'on le compare au classement des pays les plus riches du monde, en termes de PIB/habitant*, on constate des similarités frappantes. De fait, nous retrouvons 16 des 20 pays les moins corrompus du Monde parmi les 20 pays les plus riches ! Et dans le bas du tableau, le constat est le même : 13 des 20 pays les plus corrompus de la planète appartiennent au club peu envié des Pays les Moins Avancés (PMA).

 

Dès lors, la corruption est-elle la conséquence de la pauvreté, ou le sous-développement, la conséquence de la corruption ?  Certains voudront peut-être défendre la première hypothèse. Quant à moi, il me semble relativement évident que le lien de cause à effet va dans le sens corruption -> pauvreté.

 

En effet, comment espérer développer une économie lorsque les chances de réussite individuelle dépendent, non pas du mérite et du travail, mais du montant du pot-de-vin que l'on est capable de donner? Dans un tel schéma, l'accès aux richesses reste verrouillé, dans les mains des classes dirigeantes qui, seules, ont les moyens financiers d'accéder aux marchés.  Le népotisme, qui donne l'accès aux postes de direction aux héritiers aux dépens des talents externes, tend à créer des dirigeants qui cherchent davantage à conserver le pouvoir qu'à aboutir à un quelconque résultat pour l'entreprise. Le système est donc créateur d'inefficacité économique. 

 

De son côté, le petit peuple n'a aucun intérêt à donner le meilleur de lui-même au travail, puisque de toute façon, il ne pourra pas dépasser le plafond de verre qui l'empêche d'accéder aux bons postes. Il lui reste le choix entre se résigner, et se révolter. Dans la violence et dans le sang. Or, l'instabilité politique est sociale est, nous le savons, tout sauf propice à la croissance économique.

 

 

*Source : Banque Mondiale, données 2012. Cf lien ci-dessous.

 

Pour en savoir plus :

http://issuu.com/transparencyinternational/docs/cpi2013_brochure_single_pages?e=2496456/5813913

http://data.worldbank.org/indicator/NY.GDP.PCAP.CD/countries?display=default

http://www.nationsonline.org/oneworld/least_developed_countries.htm

 

Par Cécile Bredelet - Publié dans : International - Communauté : Economie et développement
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 29 novembre 2013 5 29 /11 /Nov /2013 16:50

plombier_maroc.jpg Le Maroc est fermement décidé à lancer le chantier du statut d'auto-entrepreneur. Ce régime s'inspirera de l'expérience française, qui a connu un grand succès : après quatre ans d'existence,  la barre des 900.000 auto-entrepreneurs a été franchie en août 2013 en France.

La régime offre des formalités de création d'entreprises allégées, ainsi qu'un mode de calcul et de paiement simplifié des cotisations et contributions sociales et de l'impôt sur le revenu. Il est réservé aux toutes petites entreprises dont le chiffre d'affaires annuel ne dépasse pas un montant modeste (32.600 euros en France). 

 

Pour le Maroc, le défi est double : intégrer plus d'un million de travailleurs actifs dans l'informel, afin de leur assurer une couverture sociale et en percevoir des impôts ; et lutter contre le chômage, notamment le chômage des jeunes, par l'auto-emploi.

C'est de ce dossier brûlant dont a hérité Mamoun Bouhadhoud, ministre délégué auprès du ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, chargé des petites entreprises et de l'intégration du secteur informel. Le titre même de son poste indique l'importance que lui accorde le gouvernement.

Marchands ambulants, petits commerçants, électriciens, soudeurs, et diplômés chômeurs seraient notamment visés par ce nouveau statut. Les fonctionnaires n'en seraient pas exclus.

marchands ambulants, petits commerçants, électriciens, soudeurs - See more at: http://www.leconomiste.com/article/908958-le-statut-auto-entrepreneur-pour-2015#sthash.zuCrIjZn.dpuf

 

S'il y a lieu de se réjouir de formalités simplifiées pour créer son entreprise, et d'espérer qu'un million de familles pourront bénéficier de la protection sociale, il convient d'être prudent sur la capacité de ce régime à lutter contre le chômage. L'entrepreneuriat ne saurait en effet constituer une solution globale à ce problème majeur, dans la mesure où il ne saurait convenir à tous : il nécessite d'avoir un état d'esprit particulier, le goût du risque, la passion d'entreprendre, etc. En outre, le risque d'échec est très élevé dans les premières années de création de l'entreprise.

 

L'auto-entrepreneuriat ne doit pas constituer pour l'Etat un moyen de se désintéresser des chômeurs en leur demandant de se venir en aide eux-mêmes.

 

 

Pour en savoir plus :

 

http://www.lemonde.fr/emploi/article/2013/11/04/la-france-compte-plus-de-914-000-autoentrepreneurs_3508018_1698637.html

http://www.europemaghreb.fr/maroc-vers-un-nouveau-statut-de-lauto-entrepreneur

http://www.leconomiste.com/article/908958-le-statut-auto-entrepreneur-pour-2015

Par Cécile Bredelet - Publié dans : Maroc - Communauté : Economie et développement
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 24 novembre 2013 7 24 /11 /Nov /2013 20:56

Malgré les efforts en faveur de la lutte contre la pauvreté réalisés par le pays depuis plus d'une décennie, le Maroc reste en queue de peloton en matière de développement humain : son indice de développement humain (IDH) s'établit à 0,591en 2012, ce qui est inférieur à la moyenne mondiale et à la moyenne des pays arabes.

L'IDH du Maroc est 130e sur les 187 pays étudiés, selon le Rapport 2013 de Développement Humain publié par le PNUD,.

Toutefois, l'IDH du Maroc a largement progressé depuis 1980, où il n'atteignait que 0,371.

 

L'IDH est un indice multidimensionnel supposé prendre mieux en compte les différentes dimensions du développement humain que la simple comparaison du PIB. Il intègre des indicateurs mesurant la santé de la population (vie longue et en bonne santé), l'accès à l'éducation et au savoir, et un niveau de revenu décent.

 

Le score du Maroc reste principalement impacté par le niveau d'éducation qui reste très faible, en dépit d'un investissement massif dans la lutte contre l'analphabétisme : en moyenne, les Marocains n'ont passé que 4,4 années de leur vie à l'école.

 

Le revenu national brut par habitant en 2012 était de 4 384 dollars par an (en dollars constants de 2005), soit  36 000 DH environ (3000 DH par mois).

 

En revanche, le Maroc peut être satisfait d'un bon score en matière de santé, puisque l'espérance de vie à la naissance est désormais de 72,4 ans, alors qu'elle n'était que de 57,7 ans en 1980.

 

De grands progrès restent donc à faire pour le développement du pays, notamment en matière d'éducation qui reste le principal point noir du Maroc.

 

 

Pour en savoir plus :

http://hdrstats.undp.org/fr/pays/profils/MAR.html

http://hdrstats.undp.org/images/explanations/MAR.pdf

 

IDH Maroc

Par Cécile Bredelet - Publié dans : Maroc - Communauté : Economie et développement
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 6 juin 2012 3 06 /06 /Juin /2012 10:28

papier découpéIl y a un an, en pleine pré-campagne électorale, alors qu'il tentait le tout pour le tout pour baisser les chiffres de l'immigration, l'ancien gouvernement Fillon avait publié la  très controversée "circulaire Guéant", du nom du ministre de l'intérieur de l'époque, qui bloquait l'accès au marché du travail français aux étrangers diplômés en France. Son abrogation était une promesse de campagne du candidat François Hollande : c'est désormais chose faite.

 

Pour le symbole, le nouveau gouvernement en a fait l'annonce le 31 mai 2012, un an jour pour jour après sa publication.

 

Cette circulaire absurde encourageait les préfectures de police à refuser tout visa de travail aux étudiants étrangers ayant obtenu des diplômes français. Y compris pour les plus brillants d'entre eux, sortis des plus grandes écoles, auxquels les patrons français faisaient un pont d'or. La France avait donc dépensé, pendant des années, des dizaines de milliers d'euros pour former chacun d'entre eux, et ce en pure perte, pour ne jamais profiter de cette matière grise? Voici une drôle de façon de poursuivre l'intérêt national.

 

La nouvelle circulaire demande aux préfets de "réexaminer prioritairement les dossiers déposés depuis le 1er juin 2011" et de "délivrer aux intéressés une autorisation provisoire de séjour de six mois, non renouvelable, avec autorisation de travail, ou, pour ceux qui ont une promesse d'embauche, un récépissé avec autorisation de travail durant l'instruction de leur dossier".

 

Voici de quoi donner un peu d'air aux diplômés étrangers des écoles et universités française, et de réparer quelques injustices. Fatma Chouaïeb, porte-parole du Collectif du 31 mai créé pour combattre la circulaire Guéant,  se montre satisfaite : la priorité donnée au réexamen des dossiers déposés depuis le 1er juin 2011 "était le point principal de nos discussions avec les interlocuteurs des trois ministères". la nouvelle circulaire "vise à réparer les dommages immédiats de la circulaire Guéant. Il y a environ 300 personnes qui sont sous le coup de ce texte, mais ce chiffre est loin de refléter la réalité", a-t-elle ajouté. [Le Nouvel Observateur, 05/06/2012]

 

Pour en savoir plus :

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120605.OBS7532/la-nouvelle-circulaire-sur-les-diplomes-etrangers-remise-aux-prefets.html

http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/05/31/la-circulaire-gueant-sur-les-etudiants-etrangers-abrogee-ce-jeudi_1710020_823448.html

Par Cécile Bredelet - Publié dans : International
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

S'abonner au blog :

http://labs.ebuzzing.fr

Profil

  • Le blog du développement au maroc (et ailleurs)
  • Cécile Bredelet
  • Je suis consultante en développement territorial, au Maroc, en France et en Afrique. Je propose : diagnostics ; écriture de projets; gestion de programmes ; études d'évaluation; création de réseaux. N'hésitez pas à me contacter.

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés